Au 04 août 2017, voici les prochaines interviews à venir :

- Rien de prévu pour l'instant, mais des envies qui peut-être se concrétiseront... Restez fidèles et soyez patients, de belles surprises devraient récompenser les plus assidus dans les mois à venir...


THIERRY GIROD : 30 avril 2010

 

3 commentaires:

Michel a dit…

"Swolfs a su me convaincre" dit Girod à propos de la reprise de Durango. Ne serait-ce pas plutôt l'attrait de l'argent ?
Durango était une très bonne série, depuis la reprise par Girod le scénario est mauvais et le dessin ressemble à du sous-Giraud...

Girod aurait mieux fait de continuer Wanted, très bonne série regrettée par beaucoup, plutôt que de participer au plombage d'une série mythique.

René a dit…

Girod demeure un mystère à mes yeux. Il sait être très sympa, c'est un très bon dessinateur, mais il a parfois la grosse tête. Je pense que comme on dit il gagne à ne pas être connu. Je le croise régulièrement en festival, certains de ses propos m'énervent, il se vante souvent et se prend pour un petit dieu de la bd. Lui qui n'a encore rien fait, il faut bien le dire : sa meilleure série est Wanted, série de Rocca, un scénariste et auteur confirmé (derrière ce pseudo se cache en fait Georges Ramaïoli, ceux qui ne connaissent pas peuvent regarder sa bio sur wikipedia, c'est assez impressioinnant), qu'il à sournoisement laissé tombé pour reprendre Durango, avec un autre grand auteur confirmé: Yves Swolfs. Girod doit son succès à ses collaborateurs. Alors oui, il est un bon dessinateur, mais n'a pas encore vraiment prouvé sa valeur en tant qu'auteur, ce n'est pas sa petite notoriété qui lui permettrait de porter seul vers les sommets une série. Or, quand je l'entend donner des conseils ou parler d'autres auteurs, j'ai l'impression d'entendre un mec qui a tout inventé ou ré-inventé... Il parle comme serait en droit de parler des Franquin, Giraud, Charlier, Hergé, Bourgeon, ... bref des gens qui ont fait évoluer la bd et ont su lui donner ses lettres de noblesse.

Thierry Girod, à côté, est très petit et devrait se montrer un peu plus humble... Se souviendra-t'on de lui dans 20 ans ?

Collignon a dit…

Girod a très bien pris le relais sur Durango, avec beaucoup de talent. Dommage qu'il mette tant de temps entre deux albums, mais le résultat vaut l'attende. J'ai hâte de lire le dernier tome du cycle en cours.